Amailloux d'hier Amailloux Aujourd'hui Informations pratiques Les Écoles Amailloux en Chiffres Église St.Etienne

Mairie " bâtiments du XV ème "
http://www.lion1906.com
Site privé
 
@@@@ 
A M A I L L O U X

Situation géographique
Commerces Industries   Chambres d'Hôtes & m.Retraites L'Agriculture Loisirs et Associations Amailloux en courses Actualités Religieuses
.    
Amailloux avec ses 3.725 hectares, dont 325 de bois,
 est de loin  la commune la plus vaste du canton de Parthenay
Nous sommes le  
                                  Il est....                     
.

Projet de Drapeau et Armoiries
du Poitou-Charentes
Au temps des Gallo-Romains & fouilles 2007 Curés et Maires d'Amailloux Évènements dans la commune depuis 1899

  Château de Tennessus  
.
Histoire Locale
.
Château de Fougerit 
.( sources le bulletin municipal)
   Son origine  remonte à l'occupation romaine sous le nom
 d' Animalya (animaux) 
et ensuite Amallo en 1095,
   d'ou le nom des habitants de la commune : les Amaliens et Amaylle en 1300.     
 

     La période gallo-romaine laisse des traces de villas et d'une voie romaine Nantes-Poitiers   (près du moulin de la Basse Raconnière)

      La primitive église d'Amailloux était au XI ème siècle celle d'un prieuré-cure, comme en témoigne   une charte de 1095, par laquelle l'Évêque de Poitiers Pierre II, la donnait à l'abbaye d'Airvault.

     Plusieurs chapelles dépendaient de l'église d'Amailloux : celles des Joubert, de Saint-Nicolas et de Forchelimier.  
    
     Les de Chausseroy
(ou Chausseray) d'Airvault, furent les premiers seigneurs d'Amailloux.

     En 1322, Guy III de Chausseroy
donna à sa soeur Estive, épouse du chevalier Guillaume d' Albin,   sa terre d' Amailloux, en échange de la rente de trente-cinq livres que leur père, par testament, leur avait consentie.  
 
     Amaury de Liniers
, auquel son épouse, Marie de la Court avait apporté la châtellenie lutta en 1385,   contre les bandes anglo-gascognes. 
Son château, dans lequel il était assiégé fut pris et brûlé.

     Sous le règne de Charles VII, son petit-fils, Michel  de Liniers, reconstruisit son manoir pour lequel le roi l'autorisa 
  à imposer le droit de garde aux habitants de la châtellenie.
.    
     La châtellenie d' Amailloux dépendait de la baronnie d' Airvault. La paroisse faisait partie du doyenné de Bressuire, de la sénéchaussée et de l'élection de Poitiers, après avoir dépendue au XVI ème de celle de Parthenay.

     Le château, dont il ne reste qu'un fragment de tour et quelques substructions, se composait alors d'une cour entourée de douves et protégée par un mur haut de six mètres percé de meurtrières. Au milieu se dressait le donjon. Entre les trois tours qui s'élevaient aux angles, le grand corps de logis à deux étages était flanqué d'une tour pourvue d'un escalier de pierre.

     Le château après 1700, fut remplacé par un manoir moins important et moins solide, une maison-forte, construite par le duc de la Meilleraye sous Louis XIII et qui domine la partie haute du bourg.

      En 1750, Amailloux compte 950 habitants.

      En 1793, le Haut-Château est réquisitionné par les généraux vendéens Lescure et la Rochejacquelein pour entreposer les munitions.

      Amailloux fut le premier bourg incendié des guerres de Vendée, après avoir été vidé de ses meubles et incendié par les troupes de Westermann; seuls échappèrent au feu, l'église et le presbytère, une partie du château et un vieux logis qui à survécu avec sa façade à pan de bois et son élégante porte du XV ème (aujourd'hui la mairie)

      Accusé d'avoir prêté main-forte aux vendéens, le maire d' Amailloux, Louis Fradin, comparut devant le tribunal des Deux-Sèvres qui, le 17 novembre 1793, le condamna à mort. Sa tête tomba le lendemain place de la brèche.

      En Janvier 1794, la "colonne infernale" du général Grignon n'épargna pas Amailloux. Dans le bourg, il ne restait plus grand-chose à brûler. Qu'à cela ne tienne, le général incendiaire et les soldats de la II ème légion s'en prirent  aux villages et aux fermes isolées.

      Le canton d'Amailloux fut crée en 1790, puis supprimé en l'an VIII ( 1800 ) et réuni à celui de Parthenay. Il se composait des communes d' Adilly, la Boissière-Thouarsaise (aujourd'hui Lageon), Fénery et Saint-Germain-de-Longue-Chaume.

      Les Loups redoutés pour leur force, leur ruse, leur cruauté, furent tout au long des âges et particulièrement au cour des siècles de misère et d'anxiété, la hantise des habitants d' Amailloux, de ceux surtout dont les villages étaient voisins des bois.  Le 20 Ventose an VIII (11 mars 1800), le commissaire du gouvernement près l'administration municipale du canton s'adressa aux administrateurs du département et obtint l'autorisation d'organiser une grande battue contre les loups, avec le concours de la force armée.

     En 1804 Amailloux ne compte plus que 655 habitants. La commune en comptera 1062 en 1931 pour redescendre à 760 en 1990.

      De tous les châteaux qui jalonnaient la commune, seuls Tennessus et Fougerit sont encore visible. Des autres, il ne reste que des ruines et quelques vestiges.

Amailloux raconté par nos historiens locaux  
Bélisaire Ledain   -   Maurice Poignat   -   Jacques Piet 

.    .  


.
.
Croix - Calvaires et Monuments
.
Amailloux au début du siècle
.
L'U.N.C.à Amailloux

.

.    Bernard COULAIS Mort pour la France en Algérie  "il y a tout juste 50 ans"


  

Les Dessins de F Gilbert.
Textes extraits de B.Ledain &
M.Poignat
 

 

   

 

 

.

.

  Une Amalienne en Chine 1904-1967

Souvenirs de campagne 1916 à 1919    

 " En hommage aux Poilus de 14 - 18 "   

NOUVEAU :  " De mémoires d'Hommes "  -  Les mémoires familiales d'anciens Amaliens -

La Famille Brossard d' Amailloux
.                   

Présentation

 

 

 

 

Communes burlesques de France

   *   Quelques liens  utiles  *                

          

Vers le site officiel de la mairie d' Amailloux.fr
.
 
     
      

Site hébergé à P A R T H E N A Y 

Persil, sauge, romarin et thym        Au mois de Mai
 
          
La Bonnotte
                  de 
               Noirmoutier

p.P. M.p

Parthenay, est la seule ville de France à avoir reçu six années consécutives depuis 2001 le label Ville Internet @@@@@, soit la plus haute distinction de l’association nationale Ville Internet, placée sous le haut patronage du Ministère de la Ville. Ce Label relève l’implication et la volonté de Parthenay à mettre en œuvre et à promouvoir un Internet Local Citoyen à la disposition de tous, pour l'intérêt général. Depuis 2005, la Communauté de Communes est également labellisée Territoire Internet.


Pour créer ce site j'ai glané ici et là quelques images, photos, gifs animés; si vous estimez avoir été lésé d'un droit a l'image ou commercial
 " sur simple demande il sera procédé de suite à la rectification " 

  Recettes de nos Grands-mères  
.


Le pâté de Pâques

La galette du Petit Amailloux

 Le soufflé de pommes de terre

Webmestre  -  pierre@pouit.net

Haut de Page
Dernière mise à jour le : 21. 10. 2016

.