Retour

A  M  A  I  L  L  O  U  X 

L' Église  St. Étienne  du XII siècle

 



Façade Ouest   " L'entrée principale "

angel3.gif (11535 octets)
Dessin de F Gilbert
Textes extraits de
B.Ledain
M.Poignat

 

5215 octets Vers le site Don-Camillo

L'actualité religieuse

 

Son Histoire :
(source le bulletin Paroissial et Parvis 1999 10 rue de la trinité 86034 Poitiers cedex)

                  La primitive église d' Amailloux était au XI ème siècle celle d'un prieuré, cure comme en témoigne une chartre de 1095 par laquelle l'évêque de Poitiers Pierre II, la donnait à l'abbaye d' Airvault.

                      Le Prieuré l'un des plus curieux de la Gâtine et dans la cour duquel on accède par une porte charretière flanquée d'une porte piétonne est installé dans ce qui reste des anciens bâtiments prieuriaux. Il en reste une haute tour octogonale et une vaste cheminée.

                      L'église st. Étienne n'a gardé de sa construction première que sa façade épaulée par quatre contreforts plats. Très simple, sa porte est en arc brisé à deux voussures sur pieds droits à arêtes vives et sans colonnettes. Le mur méridional à été entièrement reconstruit, ainsi que l'intérieur divisé en trois nefs par colonnes.

                       En 1533, Jean de Liniers conclut un accord avec René du Puy et son épouse, au sujet des droits de fondation de l' église qu'ils revendiquaient l'un et l'autre. Il fut décidé que René du Puy aurait droit au banc du choeur du coté droit et que ses armes figureraient sur la liter seigneuriale, de Liniers disposant du coté gauche, des mêmes prérogatives.

                      Une garnison de gendarmes occupait les lieux de 1790 à l'an VIII à l'époque où Amailloux était chef lieu de canton.

                      L' église a été dotée vers 1866, de voûtes dans le style du XI ème siècle. Le choeur est éclairé par une large baie flamboyante à meneaux du XVI ème .

                      Le clocher carré, très restauré au XV ème s'élève en avant de l'édifice.
                      Les cloches actuelles furent financées par la famille Blain et installées en 1910.

L' Allée centrale :
                           
Vous remarquerez que le pavement de cette allée est fait de pierres tombale du XVII ème  qui comportent beaucoup d'inscriptions. " il n'y a pas de tombe dans cette église "  Ces pierres viennent du cimetière qui était 100 mètres derrière le vitrail du choeur.

L' Autel :
             
  l' autel en bois et l' ambon ou pupitre ont été faits à partir de l'ancienne chaire. Le Christ enseignant est au milieu. Les trois doigts de sa main droite signifient la trinité, les autres son humanité et sa divinité.
               Les trois autres personnes représentent trois évangélistes : St. LUC - St. MARC - St. JEAN  "à droite de l'autel".
               On les distingue par l'animal qui est au pied de chacun d'eux. Cet animal rappelle le cadre dans lequel se situe le début du récit de leur évangile respectif.  
               Le taureau pour le temple (LUC), le lion pour le désert (MARC), mais l'aigle (JEAN), évoque sa hauteur de vue spirituelle. 
               La représentation de MATTHIEU  avec un homme près de lui ( généalogie humaine de Jésus ) est perdue.  
               C'est l'oeuvre du Maître sculpteur Berdeguère  " installé à La Rochelle (fin XIX ème)
               Dans le choeur figurent les statues de Saint Pierre, Saint Hilaire évêque de Poitiers (au IV ème siècle) ,  Saint Etienne et Saint Isidore patron des laboureurs. 

L' Autel de la Vierge Marie :
                  
L'autel est décoré par trois motifs :  
                -  Au centre la vierge Marie, tenant sur un bras l'enfant Dieu, remet à saint Dominique un rosaire dont il a beaucoup répandu la méditation, pendant que Sainte Catherine de Sienne est en adoration de l'enfant Jésus.
                -  A gauche : Saint François d' Assise enseignant l'évangile.   
                -  A droite : Sainte Claire d' Assise, consacrée par la vie religieuse dès 18 ans, pour se défaire de l'autorité parentale qui voulait s'opposer à l'appel de Dieu.
                   Le tabernacle est entouré (retable) de deux des grandes heures de la Vierge Marie:
                -  L'Annonciation qu'elle serait la mère du sauveur de l'humanité, et à droite le couronnement de Marie par Jésus ressuscité.
                -  Le Saint Esprit.  "Une colombe"

La Chapelle latérale :
                 
Elle peut servir de baptistère.
                  La décoration évoque le mystère du baptême de Jésus par Jean-Baptiste dans la Jourdain. Près de la porte latérale, la copie de l'Enfant Jésus de Prague.

Les trois vitraux du choeur: 
                                        "
Attention, la chronologie de la vie de Saint Étienne oblige à commencer par le vitrail de droite pour terminer par celui de gauche."

Vitrail de droite :
                          
Les Juifs discutaient avec Étienne, mais ils n'étaient pas de force à tenir tête à la sagesse et à l' Esprit Saint qui le faisaient parler.

Vitrail du milieu :
                          
Il vit les cieux ouverts, et Jésus debout à la droite de Dieu.

Vitrail de gauche :
                          
Il fléchit les genoux et dit (prie) dans un grand cri :
                           " Seigneur, ne leur impute pas ce péché "
                           Ces trois inscriptions portés au bas des vitraux, sont tirés des chapitres 6 et 7 du livre des Actes des Apôtres  (Nouveaux testament)
                           Étienne est le premier des martyrs de la foi après Jésus Christ. 

Les vitraux du haut : 
        
                    Sont une reproduction de la Trinité d'amour : 

                          -  L'Esprit Saint ( une colombe) 
                          -  Le Père Créateur.
                          -  Le Fils Jésus Christ  

Saint Étienne :   
                                        " livre de l'histoire de la vie des premières communautés chrétiennes, environ année 30 à 70 "
Les actes des apôtres rapportent qu' Étienne fut choisi avec six autres diacres, pour assister les douze apôtres dans leur tâches d'enseignement et de distribution des aumônes,et qu'il fit un long discours au Sanhédrin    " Premier  vitrail  "

Haut de page